« Désir d’espace »

Cette expression m’est venue, sans que je sache très bien ce qu’elle veut dire, sans que je parvienne tout d’abord à lui donner un sens clair. Il me semble qu’elle a un sens assez proche de ce que l’on pourrait appeler un « désir d’horizon », comme lorsque nous disons que nous voulons aller vers de nouveaux horizons.

Dans une certaine façon de penser, ce qu’on appelle « les grands espaces » sont associés à la liberté. Comme lorsque nous disons que nous avons besoin d’évasion. La publicité se sert de cet imaginaire pour vendre des voyages. Mais l’imaginaire en lui-même semble résister aux assauts commerciaux. C’est sans doute quelque chose d’assez proche de ce que Henry David Thoreau a pu appeler « Wild » ou « West » dans son texte, Walking.

Nous avons besoin d’ailleurs. Mais il faut bien que cet ailleurs soit quelque part. Il y a une tension, un paradoxe, ou une contradiction peut-être ici. Nous avons besoin d’ailleurs, et cet ailleurs nous libère, au moins en ce sens qu’il parvient à nous faire rêver. Nous nous absentons, en imagination, du lieu où nous sommes pour nous rendre en un autre lieu. Or il faut bien qu’ailleurs ce soit quelque part. Et il y a de fortes chances pour qu’une fois qu’il aura été localisé, cet ailleurs ne nous fasse plus rêver du tout.

Il faudrait alors dire quelque chose comme ceci : nous n’aimons l’ailleurs que nulle part.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Land Art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s