Un argument en faveur de la géolocalisation

La vocation de Saint-Mathieu du Caravage ne cesserait pas d’être une œuvre d’art, et ne serait même pas une moins bonne œuvre d’art, si on la déplaçait de Saint-Louis-des-Français à La Trinité des Monts. Peut-on en dire autant de Spiral Jetty de Smithson ou de Lightning Field de Walter de Maria ? Supposons que je décide de replanter Lightning Field en plein cœur de Manhattan, l’œuvre reste-t-elle une œuvre d’art ? Peut-être. Mais, est-elle la même œuvre d’art ? Cela est moins sûr.

Agnes Denes, Aerial View, Wheatfield - A Confrontation - Battery Park Landfill, Downtown Manhattan, 1982

Agnes Denes, Aerial View, Wheatfield – A Confrontation – Battery Park Landfill, Downtown Manhattan, 1982

Inversement, une œuvre comme Wheatfield d’Agnes Denes n’aurait aucun sens, et ne pourrait sans doute même pas être qualifiée d’œuvre d’art, ou alors d’œuvre complètement ratée, si elle avait été plantée en plein Midwest. L’œuvre ne fonctionne que parce qu’elle occupe une portion de terre en plein cœur de Manhattan, et qu’elle oppose ainsi à l’accumulation de la richesse, une conception différente du monde : elle installe dans un espace un espace qui lui résiste. Comme le titre de l’œuvre l’indique d’ailleurs, l’œuvre existe par la confrontation entre deux espaces : l’espace de la richesse financière et l’espace de la richesse naturelle, l’espace de la bourse et l’espace de la culture. On peut ainsi dire que l’œuvre est la conséquence d’un déplacement, mais ce déplacement aboutit quelque part.

Agnes Denes Green Wheat - Wheatfield - A Confrontation - Battery Park Landfill Downtown Manhattan 1982

Agnes Denes Green Wheat – Wheatfield – A Confrontation – Battery Park Landfill Downtown Manhattan 1982

L’œuvre est exactement là où elle doit être, et elle ne peut pas être ailleurs au risque de cesser d’être intéressante, ou même de cesser d’être une œuvre (même s’il est pire pour une œuvre de ne pas être intéressante que de ne pas être une œuvre d’art). C’est le lieu qui définit l’œuvre tant d’un point de vue ontologique que d’un point de vue sémantique : l’œuvre cesserait d’être une œuvre si elle n’était pas là où elle est installée et l’œuvre n’aurait aucun sens si elle n’était pas installée là où elle est installée. La géolocalisation de l’œuvre n’en est pas une condition suffisante (il ne suffit pas que Wheatfield soit où elle est pour qu’elle soit ou qu’elle ait le sens d’une œuvre d’art), mais c’en est une condition nécessaire (si Wheatfield n’était pas où elle est, elle ne serait pas une œuvre d’art, ou du moins, elle ne serait pas la même œuvre d’art). 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Land Art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s