Une théorie des bruits de l’eau

Il pourrait y avoir une théorie, ou une manière d’analytique, si l’on veut, des bruits de l’eau. De la manière dont ils conditionnent certains espaces, leur art de composer notre environnement tout autant que le fait l’image que nous pouvons avoir de cet environnement. Ce serait le bruit d’une cascade, artificielle sans doute, mais audible en tant que telle tout de même. De la façon dont elle organise notre perception de l’espace, en commençant par ceci qu’elle donne une signification à l’espace. Ou plutôt : elle en exprime une qualité sentimentale. Le bruit de l’eau apaise, coupe les bruits parasites, recouvrent les bruits que nous faisons.
Ici, à Viktoriapark, dans Kreuzberg, à Berlin, il y a donc cette cascade artificielle qui guide les pas de celui qui gravit cette petite colline qui a donné son nom au quartier. À mi-chemin du sommet, un pont l’enjambe, et c’est ce qu’on entend dans ces deux enregistrements d’une minute et quelque quarante secondes, deux enregistrements faits en deux points proches, mais sensiblement différents, de ce pont, à deux minutes d’intervalles. Le premier est en quelque sorte un plan large, tandis que le second est un gros plan sur une petite zone de remous.
Quand j’y pense, cette théorie des bruits de l’eau, ce ne serait pas une division d’une théorie de l’environnement sonore. Il y a quelque chose de spécifique dans le bruit de l’eau. Quelque chose qui se manifestait aussi bien hier avec Brunnenskulptur de Walter de Maria, qu’aujourd’hui à Kreuzberg, qu’il y a quelques jours encore au bord de la Méditerranée. Le bruit de l’eau qui coule a quelque chose de singulier : c’est le son du flux, le son de ce qui semble pouvoir ne jamais cesser son mouvement. C’est un bruit singulier, qui est un arrière-plan, un bruit de fond, mais en même temps englobe l’espace sonore tout entier, un bruit blanc.
C’est peut-être cela que je trouve tellement singulier dans le bruit de l’eau : être un double bruit, ou un bruit double, simultanément bruit de fond et bruit blanc, bruit qui domine et bruit qui se fait oublier, masse sonore et clapotis.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Enregistrements, Théorie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s