Marcher dans Bruce Naumann, Room with my soul left out, room that does not care. 1984 (Hamburger Bahnhof, Museum für Gegenwart. Berlin)

Il m’a semblé, comme la pièce est presque intégralement noire, à l’exception de quelques lumières jaune-orange, qu’une bonne description pourrait être d’en enregistrer le son, pas le son vide, mais le son de la pièce telle qu’elle est parcourue par le spectateur. On y entend les différentes atmosphères, les cul-de-sac, les espaces un peu plus vastes où l’on a l’impression que l’on pourrait respirer un peu mieux. Les espaces sont des effets de la réverbération du son, de la réverbération très courte, mate, à la réverbération plus longue, plus brillante, mais aussi plus froide. On se perd dans cette pièce, et nos oreilles participent de cette micro-dérive organisée par Bruce Naumann. Ici, je ne me sens pas oppressé, mais comme si le corps était livré à lui-même (l’âme est restée dehors et la pièce ne s’intéresse pas à nous). C’est un moment où je ne pense plus à moi, mais plutôt à ma présence, ou aux effets de ma présence dans cet espace clos. Dans cet espace clos, où je m’oriente comme je peux, mon seul regret est de me trouver dans un espace consacré à l’art, et de ne pas pouvoir me perdre complètement comme l’exigerait la pièce dans laquelle je me trouve.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Art, Enregistrements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s