Versions, § 15. Ironie de l’horizon.

L’ironie, oserai-je avancer à présent (et ce, malgré la perspective probable de quelque non-sens), est telle que, lorsque tout aura disparu, lorsqu’il ne restera donc plus rien parce que tout aura été noyé sous une pluie de cuivre, ou quelque autre phénomène atmosphérique tout aussi radical et définitif, il n’y aura plus personne non plus pour contempler l’horizon ainsi dégagé.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s