Versions, § 22. Au diable la littérature.

Dans un rêve que je fis plusieurs nuits de suite au cours du mois d’août, il me semblait qu’un sens m’était révélé qu’avec le peu de scrupules dont on fait généralement preuve dans la vie diurne, on aurait pu tenir pour le sens de l’existence. La sixième nuit que cet enchaînement onirique d’événements se produisit, à la différence des précédentes, ce sens m’apparut inutile. Je me réveillai, mais au lieu du contenu du rêve que je voulus consigner par écrit, je parvenais uniquement à penser au titre absurde, car désuet, d’un essai, ainsi qu’au nom de son auteur, Des zones diaboliques de l’âme humaine par Osvaldo Scaremberg.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s