Versions, § 23. Esquisse d’un onirisme concret.

Dans le refus d’interpréter les rêves, qui est aussi une manière de refuser de se laisser dominer par quelque psychologie forcenée, laquelle reconduit tout à notre seul et unique autoportrait — ce qui est, on l’admettra sans peine, une manière bien médiocre de vivre —, on peut lire aussi le désir de continuer à dériver dans un espace qui n’existe pas, mais qu’on peut décrire avec suffisamment de détails qu’il continue, pendant quelques instants au moins, de nous envelopper complètement.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s