Versions, § 31. Un problème de Carl de Nemidoff.

Qu’à tout moment, la vie puisse faire interruption dans l’art, je ne crois pas que c’est ce qui avait posé le plus de problèmes à Carl de Nemidoff, mais plutôt que la possibilité de cette interruption ne fût justement pas un problème. Aussi, ce lundi matin, quand il n’entendit pas le moindre son sortir de son clavier, il ne fit rien de particulier. Il profita simplement de l’occasion pour fermer les yeux, et rester là pendant quelques secondes. Rien n’avait changé, rien n’avait été transformé et, pourtant, quelque chose se passait.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s