Versions, § 34. Le dilemme de Gottlob Deulofeu.

À chaque fois qu’il lui arrivait de s’interroger au sujet des raisons qui faisaient que ses inventions ne parvenaient pas à convaincre le public (et, disons-le clairement, cela lui arrivait presque tous les jours), il y avait un instant quand Gottlob Deulofeu se demandait de quel côté la bêtise pouvait bien se situer : du sien ou de celui du public ? Et comme il ne réussissait jamais à résoudre ce dilemme, il finissait toujours par se remettre au travail.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s