Versions, § 37. La logique et les péchés.

Un soir de janvier 1913 à Trinity College, quand sur les coups de minuit, Ludwig Wittgenstein répondit à Bertrand Russell, qui lui demandait s’il était en train de penser à la logique ou à ses péchés cependant qu’il venait hanter sa chambre, les deux, il témoignait en fait de son irrésolution à choisir entre l’art et la vie. Sans doute parce qu’il avait compris qu’on ne pouvait tout simplement pas choisir entre les deux. Et, pour tous les esprits, la souffrance est une preuve que nous continuons de croire à la vérité.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s