Versions, § 53. Club des vertigineux.

Il y a une manière de ligue, ou peut-être une secte, une société secrète assurément, qui compte parmi ses membres des figures historiques aussi illustres que Michel de Montaigne ou Alfred Hitchcock, et dont la mission semble être de nous convaincre que le vertige est une défaillance, voire une infirmité. Or, si un excès de rotation peut effectivement mettre un homme à terre, ce sentiment qu’est le vertige nous informe toutefois du mouvement incessant des choses, des gouffres qui s’ouvrent sous nos pieds et, en somme, de la profondeur du monde. Aussi, un club ne serait-il pas superflu, qui regrouperait les meilleurs des membres de cette minorité si injustement décriée, club au sein duquel ils pourraient partager enfin leur amour de la giration.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s