Versions, § 60. Histoire avec le rhinocéros.

Parmi les événements étranges qui eurent lieu en 1911 durant le premier séjour de Ludwig Wittgenstein à Cambridge, c’est ce qu’Elizabeth Sotomayor me racontait un jour en citant la correspondance de Bertrand Russell avec Lady Ottoline Morrell, le refus de la part du jeune Ludwig Wittgenstein d’admettre qu’il n’y avait pas de rhinocéros dans les salles de classe de Trinity College n’est pas le moindre. À moi, ce qui me semblait plus étrange encore, au-delà de cette argutie métaphysique entre deux grands esprits d’un autre âge, c’est qu’Elizabeth Sotomayor ne donnait pas l’impression de trouver tout cela parfaitement idiot, et vain, mais qu’elle accueillait au contraire cette remarque avec un sourire complice. On aurait dit qu’elle aussi, elle pouvait voir le rhinocéros.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s