Versions, § 64. Remarque sur le Journal de Carl de Nemidoff.

En lisant le journal de Carl de Nemidoff, comme j’avais décidé de le faire, ce n’était pas que je m’ennuyais — non, pas exactement, puisqu’il y avait toujours des passages que je pouvais en extraire pour les citer —, mais il me semblait que c’était comme toujours avec les journaux : un laboratoire et un confessionnal. Or, si j’ai toujours eu le goût de l’aventure, je ne parviendrais jamais à m’habituer à ces odeurs de stupre un peu rance.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s