Versions, § 66. Le bout de l’ennui.

Les raisons que nous trouvons de ne pas désespérer ne prennent pas l’apparence d’une grande clarté, à laquelle nous aspirerions, et dont la fin ultime serait de nous exaucer. Elles sont bien plus probablement les conséquences de cette lassitude que nous ressentons souvent, quand nous atteignons le bout de l’ennui, et qui nous paralyse.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s