Versions, § 71. Fiction de la surdité.

J’ai toujours soupçonné la surdité d’Adolf Loos d’être un peu feinte, et de lui permettre surtout d’effectuer deux actions. La première, négative : ne pas écouter les conversations auxquelles il aurait dû prendre part. La seconde, positive : prendre des poses évocatrices et se promener avec un objet aussi original qu’un cornet acoustique. Ce n’est peut-être pas suffisant pour passer à la postérité, mais il me semble qu’il y a là les premiers éléments d’un style.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s