Versions, § 87. Vie d’Elizabeth Sotomayor (8)

« Je suppose qu’il y aura toujours quelqu’un pour s’opposer à la joie, au hasard, et à la singularité, nous soutenir que ce ne sont pas là des buts assez grands, des voies assez profondes, déclara un jour Élizabeth Sotomayor alors que je lui disais au revoir. Mais nous, quel que soit le nom qu’on veuille bien nous donner, ajouta-t-elle, nous qui avons balayé d’un revers de la main toutes les volontés supra-personnelles comme autant d’illusions, nous que l’on ne peut donc plus ni enrégimenter ni nationaliser, nous ne manquons pourtant de rien. Ce n’est pas une preuve, mais simplement l’évidence que la généralité est subsumée par la singularité. » Si ce dernier paradoxe a pu me laisser songeur, à la manière d’une vérité qui se trouverait derrière un épais brouillard, depuis lors, je n’ai pas cessé d’y penser.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s