Versions, § 88. Remarque sur la vie d’Elizabeth Sotomayor (8)

En y pensant quelques jours plus tard, il me semblait qu’on pouvait exprimer ainsi la pensée d’Elizabeth Sotomayor : de la même façon qu’on se trompe quand on affirme qu’un cas particulier est une instance d’une loi générale, on se trompe quand on prétend que l’universel subsume le singulier. Une loi générale ou universelle n’est jamais qu’une tentative pour séquencer une série de singularités, mais elle ne les précède pas, elle vient toujours après coup, et sans doute toujours un peu trop tard.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s