Versions, § 93. Histoire avec un échec.

Dans L’invention de Morel, qui passe pourtant pour un chef-d’œuvre, Bioy n’a pas pu s’empêcher d’ajouter à la fin une note qui prétend expliquer le roman. Or, et même si tout semble indiquer qu’il ne s’en est pas aperçu, cette note métaphysique est l’échec de l’ouvrage qui, loin de lui conférer un sens plus profond, le renferme sur lui-même, et le nie. Preuve si l’on veut que l’échec est toujours contenu dans la réussite. Ainsi, quelquefois, alors que tout paraît conspirer au succès, ce même tout s’affaisse sous sa propre outrance, et c’en est fini de la littérature.

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s