Versions, § 107. Une conversation téléphonique.

Dans Nocturne indien, Antonio Tabucchi raconte qu’à l’hôtel Zuari de Goa, le réceptionniste est un homme gras, qui passe tout son temps à parler au téléphone. « À qui parle le réceptionniste de l’hôtel Zuari ? », demande Tabucchi. Mais il ne répond pas à cette question. Je crois que la réponse pourrait être la suivante : il parle à un autre réceptionniste gras dans un autre hôtel et, au cours de leur incessante conversation, ils inventent le sens de toutes les existences possibles.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s