Versions, § 112. Le blanc du mur.

Du point de vue d’un pan de mur laissé blanc, on pourrait diviser l’humanité en deux : ceux qui sont convaincus que l’on peut toujours ouvrir une fenêtre qui, même si elle ne donne sur rien, permet de voir un peu plus loin, et les autres, qui ne le regardent jamais. Mais, ce n’est trop souvent que le point de vue de ce seul pan de mur laissé blanc.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s