Versions, § 114. Le mal du lecteur.

Cher lecteur si tu existes, je voudrais te mettre en garde contre le paradoxe suivant, qui est cause que tu souffres souvent d’un profond mal illusionniste : nous avons besoin de fictions pour former une image de la réalité, mais ces fictions déforment l’image de la réalité.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s