Versions, § 133. Avec ou sans (laisser de traces).

Souvent, ce que je préfère (non, en effet, je ne préfère pas toujours les mêmes choses), c’est aller m’installer quelque part — au coin d’une rue, sur un banc public, ou bien sur l’herbe d’un parc. Alors, sans discipline particulière, j’écoute le son du temps qui passe. Puis, si le temps le permet, j’enregistre les sons qui passent. Mais jamais je ne dirai que je préfère les traces ainsi figées à ce paradoxal mélange d’activité et de d’inactivité qui donne lieu à l’écoute.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s