Versions, § 145. Fictions, etc. ad inf.

Peut-on ne pas aimer cette manière de paresse ontologique, qui conduit un écrivain à envisager un livre et à rester sur le seuil de l’être en ne lui donnant qu’une consistance subtile, sans corps écrit ? À moins que nous n’ayons affaire ici à un supplément de fiction, à des fictions de fictions, etc. ad inf. ?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s