Versions, § 147. Perplexités métaphysiques.

Nous nous comportons toujours comme si la fiction était le double de la réalité, comme si elle venait toujours après. Nous partons de ce principe (que certains ont eu le bon goût de traiter comme « un préjugé en faveur de la réalité »), duquel nous dérivons ensuite certaines vérités concernant ce qui existe et ce qui n’existe pas. Or, de la même façon qu’un supposé original est logiquement le double de son double, la prétendue réalité ne pourrait-elle pas être la fiction de la fiction ? — En me perdant dans ces perplexités métaphysiques, si je n’apercevais pas de lumière au loin, j’étais toutefois rassuré, car il me semblait ressentir à nouveau la présence diffuse et menaçante d’Osvaldo Scaremberg.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s