Versions, § 149. Voix d’autres mondes.

En tâchant de suivre ces réflexions qui n’en étaient peut-être pas tout à fait, j’en vins à considérer que la métaphysique n’est décidément pas une affaire pour les naïfs et les rêveurs, mais que c’est une entreprise qui exige une froideur certaine et le plus grand des sérieux si l’on ne veut pas succomber aux tentations de ces voix qui nous appellent sans cesse en des lieux où nous n’avons pas notre place. J’aurais sans doute dû m’en garder — par précaution, au moins — pour ne pas me laisser tenter par ce qui, chez moi, m’appelle toujours ailleurs.

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s