Versions, § 150. Versions de soi.

C’est ainsi qu’en m’endormant cette nuit-là, je revis le visage d’Osvaldo Scaremberg. Malgré l’étrangeté de ses traits, qui s’était accentuée depuis sa dernière visite, je fus apaisé par cette vision. Non pas comme si je m’y voyais moi-même, je viens de le dire : le temps passant nous différions plus que nous ne nous ressemblions, mais il me semblait que ses difformités, les excroissances qui paraissaient à certains endroits de sa tête, loin d’en faire un autre moi-même dont je ne voulais pas, nous rapprochaient l’un de l’autre, comme si je pouvais voir dans cette imagination une version de soi que je n’aurais pas pu supporter dans un reflet plus réaliste.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s