Versions, § 153. Sans un mot.

La possibilité de se passer du langage, qui n’est pas de le dépasser ou de le condamner parce qu’il est limité ou que certaines choses ne pourraient pas essentiellement se dire, mais plus exactement de savoir faire autre chose au moment où il nous semble que nous parvenons à ses limites. Un pas de danse ou une succession de sons : comment ne pas concevoir, comment ne pas sentir aussi, que c’est souvent ce qui nous sauve la vie ?

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s