Le diable qui sait ça.

— (…) si vous voulez vraiment savoir toutes les horreurs qu’on dit de vous, je m’en vais de ce pas chercher quelqu’un qui vous les contera, jusqu’à la dernière. Il s’agit de Samson, le fils de Bartolomé Carrasco, qui est arrivé hier au soir ; il revient d’étudier à Salamanque, où on l’a fait bachelier. Quand j’ai été lui souhaiter la bienvenue, il m’a dit que votre histoire était déjà dans un livre qui a pour titre L’ingénieux Hidalgo don Quichotte de la Manche. Il paraît qu’on y parle de moi sous mon vrai nom de Sancho Panza, et de Mme Dulcinée du Toboso ; et aussi de choses qui se sont passées entre nous deux, tout seuls. C’est donc le diable, cet historien qui les écrit, pour savoir ça ?
— Je suis sûr, Sancho, que l’auteur de notre histoire n’est autre qu’un enchanteur fort savant ; on ne peut rien cacher à ces gens-là de ce qu’ils entreprennent de raconter.

Miguel de Cervantes, L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, traduction d’Aline Schulman.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lire, Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s