Versions, § 156. Hyper esthétique d’Ichirō Dubois.

Comme on a déjà pu le lire (voir § 120. Origine des excentricités d’Ichirō Dubois), Ichirō Dubois ne s’était pas toujours comporté de façon aussi bizarre. Mais un jour, il avait connu une manière d’éclair de conscience — d’autres diraient sans doute : « une illumination », mais moi, je ne peux pas enlever les guillemets — ; il lui était apparu clairement que s’il devait mourir aujourd’hui, il aurait connu sa plus grande émotion en regardant une publicité pour une marque de chaussures. Son éclair s’était prolongé jusqu’à inclure dans cette hyper esthétique des milliards d’autres personnes comme lui. Et c’est sans doute ce prolongement qui avait achevé de convaincre Ichirō Dubois qu’il lui fallait dès maintenant procéder à sa propre révolution.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s