Versions, § 172. Geste dérisoire.

Ces êtres qui tournent en rond en répétant les mêmes actions, et presque toujours les mêmes paroles, ce n’est pas qu’ils ont perdu la notion du temps, ce n’est pas qu’ils n’ont désormais plus rien à dire, c’est que personne n’a jamais voulu faire l’effort d’essayer de comprendre ce qu’ils voulaient dire. Aussi, tournent-ils sans cesse, cercles concentriques autour d’eux-mêmes. Aussi, miment-ils jusqu’à l’épuisement la même chanson de leur dérisoire geste.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s