Versions, § 175. Conversations.

Cette nuit, j’ai fait plusieurs rêves, mais je ne me souviens que d’un seul : je racontais le goût amer qui vient à la bouche quand on réalise que rien ne se passe jamais, que rien ne change vraiment, que rien ne se délite non plus, que tout continue comme toujours, et qu’il faut continuer soi-même quelque chose qui peut s’avérer inutile, comme quand on prie peut-être, et les gens haussaient les épaules et reprenaient leurs conversations comme s’ils n’avaient rien entendu.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s