Versions, § 180. Entretiens avec Vadim Blanc (3)

Il a fallu que j’en vienne à aimer et à haïr en même temps et au plus haut point la vie, avait dit Vadim Blanc après quelques minutes de silence et sans même attendre que je lui pose une nouvelle question. C’est alors, seulement alors, à ce point d’équilibre entre la plus intense concentration et le délire le plus extrême que j’ai pu commencer à travailler. Étonnamment, je savais parfaitement ce que je faisais. Je veux dire : j’étais étonnamment calme, ni drogué ni surexcité, rien de tout cela, contrairement à ce qu’on a pu raconter — un tissu de mensonges, indignes même de la pire presse de caniveau. Non, la vérité, c’est que j’étais enfin parvenu quelque part où je voulais être, et il fallait désormais que je trouve le moyen d’y rest

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s