Versions, § 181. La marée.

Je pouvais voir la bouche de Vadim Blanc remuer, ça, oui, mais ce qu’il disait me semblait très lointain, comme provenant avec difficultés d’un autre monde. Et puis, j’ai eu l’impression de me trouver devant une mer de livres : je me tenais sur un rivage et si je ne me décidais pas à partir rapidement, j’allais bientôt être englouti par la marée. Évidemment, je n’avais plus la force de bouger. Je voulais dire quelque chose, mais je n’arrivais pas à parler.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s