Versions, § 185. Caprices de seigneur.

Dehors, il ne pleuvait pas depuis trois jours. Je passais néanmoins tout le temps libre que les entretiens avec Vadim Blanc me laissaient à l’intérieur. Je m’enfermais généralement dans ma chambre et fumais en regardant par la fenêtre. Aucun oiseau exotique ne volait ; ici, tout était en ordre. J’imaginais que quelqu’un les avait chassés et tués, non parce que ces oiseaux l’auraient dérangé, mais pour le plaisir de faire le mal, de détruire ce qui peut être détruit sans plus d’effort qu’un caprice de la volonté ; j’imaginais l’œuvre d’un seigneur.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s