Versions, § 192. Entretien avec Vadim Blanc (9)

Et ainsi, il faut que je vous le dise, contrairement à tout ce que vous avez pu lire à ce sujet, nous n’avons jamais fui, ma mère et moi. Tout ce qu’a fait mon père, c’est nous mettre à l’abri ici, en Suisse. Il avait tout organisé dans l’éventualité de son décès. Il avait tout prévu, parce qu’en un sens, il savait qu’il allait mourir. Et, s’il acceptait de mourir, il ne supportait cependant pas l’idée que sa famille soit une victime de la réaction en chaîne que sa mort allait provoquer si nous restions à Paris.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s