Versions, § 195. Les lèvres de l’aéroport.

Je ne voulais pas rentrer à Paris. À l’aéroport de Genève, je m’assis simplement sur une chaise en métal ou en plastique, je ne sais plus. Après avoir passé un long moment à contempler la liste des départs prochains, je m’endormis. Dans mon rêve, je vis à nouveau la femme bleue. Elle me laissa approcher si près d’elle, que j’étais sur le point de baiser ses lèvres.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s