Versions, § 197. Le premier avion.

Dans l’immobilité, j’aurais pu découvrir le bonheur. J’aurais dû. À vrai dire, je n’y ai trouvé que des crampes ou d’infinies douleurs infimes, presque imperceptibles, sensibles, cependant. C’étaient autant de façons de me montrer que je ne devrais pas être là ou que, si je ne voulais être nulle part ailleurs qu’ici, j’avais tort. Moi, entêté, j’ai d’abord serré les dents. Et puis, je me suis levé. Et enfin, j’ai pris le premier avion qui se présentait.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s