étranger animal.

39

dans les formes de personne je ne l’ai pas trouvé
sous la lumière éteinte et les yeux écrasés
tapi dans un coin l’étranger animal
écarte les bras et ne s’attend à rien
écoute-le comprendre la pâleur de la nuit
plus jamais l’obscurité mais surtout pas le midi
grands feux sur la ville et flammes sans vie
il dit aussi il n’y aura pas de jugement
toute chose restant toujours toute chose
il n’y aura pas la fin des temps
ce sont des formes d’avant qui ne sont plus pour nous
nous qui ne sommes personne ou alors bien trop
il écarte les bras et déjà tu ne sens plus rien
faut-il se tapir ainsi faut-il se tapir aussi

(*) Texte écrit pour ||||.
||||
Guillaume Collet : machines
Emmanuel Boeuf : guitares
Jérôme Orsoni : voix

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature, Musique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s