Journal de Paris (20.2.16)

L’ennui profond que causent en moi les écrivains qui s’occupent de l’actualité, du contemporain, frontalement qui plus est, et le ridicule dont il me semble qu’ils se couvrent sans même s’en rendre compte. Ils le clament haut et fort, et ils en sont fiers : Voici de quoi je parle !, comme s’ils s’étaient donné pour mission de sauver le monde en éclairant la conscience globale de l’humanité par l’entremise de quelque feuillets imprimés. (Quand la littérature court après ce qu’elle s’imagine être le présent, elle s’essouffle trop vite.)

Pense à l’organisation arithmétique de la bêtise dans la construction d’un plus petit dénominateur commun qui optimise les chiffres de vente et dis-toi que c’est ta culture, ton histoire qui en est la cause.

Linguistique. — « Va niquer ta grand-mère » ; c’est la deuxième fois en deux jours que j’entends cette expression et je me demande si elle est plus insultante que le classique « Va niquer ta mère » ou si elle l’est moins. Est-ce qu’à mesure qu’on remonte dans la généalogie on adoucit l’insulte — supposant qu’il est moins grave de niquer sa grand-mère que de niquer sa mère, la distance, l’écart étant plus grands et l’intimité moindre —, ou bien est-ce l’inverse — l’âge de la grand-mère étant supérieur à celui de la mère l’acte mentionné en devient plus dégradant ? Comment disait Wittgenstein déjà ? Ah, oui… Un nuage de philosophie dans une goutte de grammaire.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s