Journal de Paris (23.2.16)

Pas de nuit, ou presque.

\\\\\\\

Qu’un sens humain puisse ne pas suffire à la vie humaine prouve-t-il la nature cosmique de l’être humain ou sa nature comique ?

Il y a une attitude qui consiste à ne prendre les fiction que pour des histoires, ce qu’elles sont sans y être complètement réductibles, et à en nier la dimension existentielle, comme si le sens vraiment n’était jamais que dans le réel, attitude qui, parfois, conduit à ne même pas envisager la fiction, à l’ignorer comme si elle n’existait pas — au sens littéral et au sens figuré. Et pourtant, si l’on reconnaît que la vie est création de valeurs, la fiction ne doit pas seulement jouer un rôle existentiel, elle doit jouer, à proprement parler, un rôle vital.

La vie se développe, se déploie et croît — en quelque sorte : la vie « vit » — dans la création de valeurs.

(NdlCR, 11-13)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s