Archives de Catégorie: Musique

Emboe – Aléa

Là où la plupart des gens se contentent de faire la même chose, encore et encore, Emmanuel Boeuf réinvente sans cesse la musique qu’il joue. Pourtant, des Sons Of Frida à Dernière Transmission en passant par A Shape, on aurait pu penser qu’il avait épuisé l’étendue de ses possibilités. Erreur : avec ce nouvel ensemble de EPs, Aléa, Emboe découvre de nouvelles ressources, abandonnant la guitare (son instrument fétiche) au profit de l’électronique, agissant en pure spontanéité, laissant les choses se faire et le faire, mobilisant inconsciemment toutes ses influences (et elles sont vastes, de Sonic Youth à Rihanna) pour produire un son qui ne ressemble à rien de ce qu’on connaissait de lui, mais surtout à rien de ce qu’on connaissait — tout simplement. Sombres, sexy, intimistes, bouillants, bruyants, les aléas d’Emboe doivent tout au hasard parce qu’ils ne doivent rien au hasard. Ce sont des événements, des accidents provoqués, qui ne viennent pas de nulle part, mais de l’imagination d’un musicien qui a oublié depuis longtemps qu’on devait se tenir bien tranquille dans une case. Là où la plupart des gens se contentent de refaire la même chose, encore et encore, Emmanuel Boeuf se réinvente sans cesse. C’est à cela, sans doute, qu’on reconnaît un artiste.

Emboe, Aléa (Atypeek Music Records, 2016)

Publicité

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Dernière Transmission – Dernière Transmission (ZEPI, 2016)

Dernière Transmission = Emmanuel Boeuf (guitares) + Guillaume Collet (machines) + Jérôme Orsoni (voix). Vidéo = Romain Piegay.

Stries de France est le premier morceau du premier album de Dernière Transmission, qui paraît aujourd’hui sur le label Zéro Égal Petit Intérieur.

Poster un commentaire

Classé dans Musique

Rome Buyce Night – The Indian Castle of Morocco

IndianCastle-v04

C’est demain que sort le nouvel album de Rome Buyce Night sur notre petit mais excellent label zéro = petit intérieur. Cinq ans jours pour jour après Ann Arbor. Le disque s’appelle The Indian Castle of Morocco, un titre aussi improbable que son histoire — quelque part entre Paris, Nantes, Londres et le pays des possibles.
Quand j’y pense, je me dis que ce disque est à la fois plus simple et plus expérimental que son prédécesseur. Mais il y a quelque chose d’autre dont je m’aperçois. C’est qu’en explorant comme nous le faisons la composition improvisée à quatre, c’est toujours la même chose et ce n’est jamais la même chose. Toujours le même enthousiasme que nous nous efforçons de préserver alors que bien souvent tout semble s’y opposer. Jamais vraiment la même musique puisque nous changeons tout le temps — nous, comme nos instruments. Il y a toujours une ossature guitare basse batterie, mais aussi des voix (parlées, chantées, incantées), des synthétiseurs, des flûtes. Des unités denses et des vides, des formes compactes et des étendues dilatées. Des univers qui se croisent. Des directions que nous prenons pour qu’elles nous échappent.

Et puis, une vidéo du premier morceau de l’album, justement intitulé Rome Buyce Night, réalisée par Romain. Bon voyage !

Rome Buyce Night est composé de
Guillaume Collet : basse, synthétiseurs, voix
Antoine Ducoin : guitare, flûte, clarinette, glockenspiel
Jérôme Orsoni : guitare, synthétiseur, piano, voix
Romain Piegay : batterie

Poster un commentaire

Classé dans Musique