Archives de Tag: double

Versions, § 147. Perplexités métaphysiques.

Nous nous comportons toujours comme si la fiction était le double de la réalité, comme si elle venait toujours après. Nous partons de ce principe (que certains ont eu le bon goût de traiter comme « un préjugé en faveur de la réalité »), duquel nous dérivons ensuite certaines vérités concernant ce qui existe et ce qui n’existe pas. Or, de la même façon qu’un supposé original est logiquement le double de son double, la prétendue réalité ne pourrait-elle pas être la fiction de la fiction ? — En me perdant dans ces perplexités métaphysiques, si je n’apercevais pas de lumière au loin, j’étais toutefois rassuré, car il me semblait ressentir à nouveau la présence diffuse et menaçante d’Osvaldo Scaremberg.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Versions, § 132. L’aventure, c’est fini.

Dans ce safari urbain à la recherche de mon double, m’y perdrais-je moi-même ? Je ne sais pas, je n’ai pas tenté ce diable-là, préférant demeurer là où j’étais avant d’avoir eu cette idée, meublé de ma postmodernité bourgeoise et de toute l’assurance qui l’accompagne. Parce que je le sais bien : l’aventure, c’est fini. Il n’en reste qu’un souvenir aussi exotique que ces clichés de soi à la fin des vacances. Si je puis bien avoir un double, moi, je ne suis le double de personne.

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Versions, § 131. Deux questions.

Même si personne (à mon illustre exception) ne s’intéresse à la vie des doubles, je n’arrive pas à me défaire de cette idée : il faut que je parte à la recherche de mon double. Si je trouvais le mien, j’adopterais une tout autre attitude que celle que la littérature nous incite généralement à adopter. Je crois que nous pourrions nous entendre, lui et moi, pas exactement comme des jumeaux, non, mais comme deux êtres que quelque chose qu’ils n’ont voulu ni l’un ni l’autre relie d’une façon nécessaire et évidente. Dans nos conversations, parce que nous ne cesserions de nous entretenir, nous confronterions nos points de vue, comme deux faces identiques de la même pièce. Nous arriverait-il de ne pas être d’accord ? Nous dédoublerions-nous alors ? tion

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Versions, § 130. La vie des doubles.

Le lendemain, alors que j’essayais d’oublier le regard fatigué d’Elizabeth Sotomayor, j’ai repensé à cette entrée du journal de Carl de Nemidoff que j’avais consignée quelques jours auparavant. J’ai eu soudain l’impression que je devrais partir à la recherche de son double, lui poser des questions pour tâcher de savoir qui il est, et comment c’est une vie de double. Je supposais qu’il était lui aussi quelqu’un, qu’il devait souffrir d’avoir un double, qu’il avait peut-être un journal où il avait relaté les circonstances dans lesquelles il avait découvert son double, les événements qui eurent lieu durant leur rencontre ainsi que leurs conséquences pour lui, à présent défiguré. Et puis, je me suis dit : « Tu perds ton temps, personne ne s’intéresse à la vie des doubles. »

Poster un commentaire

Classé dans Littérature

Versions, § 126. Journal de Carl de Nemidoff (8)

« Depuis quelques semaines — si j’en crois mes souvenirs, c’est le récit que Carl de Nemidoff faisait dans son journal —, j’avais constaté que certains objets étaient déplacés, voire qu’ils disparaissaient purement et simplement de mon appartement. Comme je vis seul et qu’il est improbable que la gardienne laisse entrer dans l’immeuble quelqu’un qu’elle ne connaît pas, j’ai rapidement déduit que j’avais un double dont je pouvais constater les agissements par ces déplacements et disparitions. Aussi, hier, ai-je décidé de lui faire croire que je quittais l’immeuble et, revenant à la dérobée par l’entrée de service, d’attendre sa venue dans mon appartement. Quand il est arrivé, je lui ai fracassé le visage à l’aide de mon ordinateur portable, m’assurant ainsi que l’on ne pourrait plus jamais nous confondre. »

Poster un commentaire

Classé dans Littérature