Archives de Tag: textes

toutes les masses infimes.

s'il neige un hiver (Paris, 2010)

seule au fond pèse la masse infime grain de sable ou au contraire de poussière tas de tâches toujours remises à demain mauvaises herbes de l’avenir étendues sauvages sur le pas d’une porte

seule au fond c’est comme personne la suite de ces masses infimes agencements sans monde et mondes sans agents ardeurs dépourvues de combats armée certes mais de métaphores mortes

seule au fond court la théorie de nos masses infimes pas à pas sans halte jusqu’à dieusaihou peuples dont le visage est de ne pas le cacher ennemis sans âme en improbables cohortes

seule au fond reste ta masse infime virgule dans le temps qui passe somme sans prix des instants quand je te regarde un mouvement de ta main un spasme délicat avant qu’un rien ne nous emporte

 

(*) Texte écrit pour ||||.
||||
Guillaume Collet : machines
Emmanuel Boeuf : guitares
Jérôme Orsoni : voix

Poster un commentaire

Classé dans Littérature, Musique

la colonisation de l’imaginaire.

la mort est son visage (Roma, 2013)

tout de suite après la énième fin du monde
nous autres en assemblée difforme
parmi les ombres bâtardes et les spectres surannés
admirons la confiance de notre gesticulation

oh ! comme ce qui brûle est paisible et comme la vie est belle
colonise mon imaginaire colonise mon imaginaire

et les cils au bout de nos paupières closes
qui s’étendent tout autour sans fin
parmi les milices blêmes et les passions tristes
décrivent à la rigueur le rayon de notre action

oh ! comme ce qui brûle est paisible et comme la vie est belle
colonise mon imaginaire colonise mon imaginaire

au bout de nos forces quoi que nous y mettions
les doigts ou les mécanismes
parmi les vapeurs divines et les orbes débiles
arrachent à nous-mêmes cette pauvre libation

oh ! comme ce qui brûle est paisible et comme la vie est belle
colonise mon imaginaire colonise mon imaginaire

(*) Texte écrit pour ||||.
||||
Guillaume Collet : machines
Emmanuel Boeuf : guitares
Jérôme Orsoni : voix

Poster un commentaire

Classé dans Littérature, Musique

étranger animal.

39

dans les formes de personne je ne l’ai pas trouvé
sous la lumière éteinte et les yeux écrasés
tapi dans un coin l’étranger animal
écarte les bras et ne s’attend à rien
écoute-le comprendre la pâleur de la nuit
plus jamais l’obscurité mais surtout pas le midi
grands feux sur la ville et flammes sans vie
il dit aussi il n’y aura pas de jugement
toute chose restant toujours toute chose
il n’y aura pas la fin des temps
ce sont des formes d’avant qui ne sont plus pour nous
nous qui ne sommes personne ou alors bien trop
il écarte les bras et déjà tu ne sens plus rien
faut-il se tapir ainsi faut-il se tapir aussi

(*) Texte écrit pour ||||.
||||
Guillaume Collet : machines
Emmanuel Boeuf : guitares
Jérôme Orsoni : voix

Poster un commentaire

Classé dans Littérature, Musique